Une création atypique puisque hors du circuit classique

La création artistique en milieu de santé relève de la co-construction. Un travail de collaboration entre des artistes professionnels et des patients ou résidents de centre de soin. De part cette nature hybride, les créations partent avec un désavantage par rapport aux créations artistiques crées par le seul artiste, autonome et indépendant.
Les créations en milieu de santé sont vues au mieux comme des projets socio-éducatifs au pire comme des “sous-productions”.

De ce fait, comment faire pour que ces créations intègrent le circuit “classique” de diffusion  et finalement est-ce là l’objectif ?

Quel est l'objectif de ces créations ?

L’objectif d’un projet, au-delà de la création artistique, est  la première question à se poser.

Les créations “intra-muros” des centres de médico-sociaux et de soins, réalisées avec un partenaire culturel de son territoire, ont souvent vocation à être jouées uniquement au sein des entités partenaires.

Les appels à projets subventionnés n’ont pas d’exigence en terme de survie du projet au-delà d’une seule et unique représentation finale.

Ces actions culturelles ne sont pourtant pas à visées purement occupationnelles ou thérapeutiques. Il s’agit véritablement d’offrir à l’établissement et aux parties prenantes qui le composent, un moyen de communication (voir l’article “La culture : un outil de communication?”). Un lien d’écoute mutuelle avec le territoire. Une parole portée par un collectif qui peut être imaginée avec une “seconde vie”. Une pièce dans un répertoire jouée dans la programme de théâtres publics ou privés.

Dès la mise en place du projet, le mode de diffusion de la création se doit d”être pensé. L’objectif global de ces collaborations culture et santé n’est-il pas l’ouverture du milieu de santé sur son territoire ?

Pour être réussie, la communication doit être pensée dès le début du projet. Pourquoi ne pas inclure dans les objectifs de départ cette “seconde vie” de la pièce. Envisager un tour de salles de spectacles, de festivals ou d’autres établissements de santé.

La création dans les murs de l’hôpital peut faire peur à des programmateurs quant à “la cible”.

Les questions à se poser

Bien évidemment, la question de la vie du spectacle créé au cours du projet doit être dans les premières questions à se poser car elle va en soulever bien d’autres par la suite.

Comme vu précédemment, il y a la question de la communication, qui doit accompagner e projet dès ses prémices.

S’ensuivent les questions juridiques (qui est propriétaire des droits de la pièce ? un droit de paternité, d’auteur, de modification, d’adaptation…) ainsi que financières auxquelles nous répondrons dans des articles spécifiques.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *