En France chaque année les acteurs publics subventionnent la culture à hauteur de 17 milliards d’euros. Ces subventions proviennent principalement des collectivités territoriales, 10 milliards, puis des différents ministères.

La culture, en tant que lien social, est une activité utile et nécessaire dans tous les secteurs et à toutes les échelles. De ce fait, chaque année les ARS en partenariat avec les services culturels régionaux (DRAC) lancent des appels à projet subventionné.Cependant, ils ne sont pas seuls. Organismes publics  locaux, Fondations, mairies, les financeurs sont nombreux.

La demande de subvention nécessite de fait une stratégie et une bonne connaissance du secteur.

1. Organiser une veille

En raison du nombre d’aides et de la diversité des organismes et de leurs actions, il est important d’organiser une cartographie des financeurs envisageables.

Afin que la veille soit efficace, il faut que vous sélectionniez les aides et organismes qui correspondent le plus au profil de votre entreprise et les suivre de près, au risque de se disperser.

2. Connaître le calendrier

Chaque organisme financeur possède un calendrier régulier d’appel à projets. Les sessions peuvent être annuelles ou pluriannuelles et tombent de manière générale à la même époque de l’année.

Si le projet ou programme à financer doit être bien défini, il ne doit pas être finalisé. L’organisme financeur doit être consulté. Un juste timing à trouver entre le projet détaillé et sa concrétisation.

Astuces :

  • activez les liens RSS
  • mettez une GoogleAlert avec des mots clefs
  • inscrivez vous à la NewsLetter de l’association régionale

3. Bien définir son projet

Le projet culturel de votre établissement doit être établi en fonction de vos objectifs et non selon les conditions définies par les organismes de financement. Toutefois, connaître les pré-requis vous permettra de structurer vos actions, notamment vis-à-vis du calendrier, et vous adresser aux bons organismes. 

Vos projets peuvent être classés selon des thématiques : animation, art-thérapie, activités culturelles.

4. Constituer un dossier solide

Le dossier doit donner envie et emporter l’adhésion. Tant sur la forme que le fond, il doit être soigné.

Lors de la réalisation de votre cartographie des financeurs, il est recommandé de prendre contact avec eux afin de vous présenter et mieux connaître leurs attentes. Ainsi, lors du montage du dossier vous serez à même de rédiger un argumentaire convainquant qui cadre avec leurs attentes.

Lors de la réalisation de votre rétro-planning, il est indispensable de prendre en compte le formalisme exigé par le financeur pour le dossier. Les organismes publics exigent des budgets dans des formulaires CERFA dédiés ou sur le site « Mes démarches simplifiées ». Bien souvent des réunions sont organisées afin de vous accompagner dans ces démarches administratives chronophages.

La qualité de votre dossier est un gage de sérieux et d’organisation pour le financeur.

5. Se faire accompagner

Si le montage du dossier est essentiel, il est également long et fastidieux. Afin de gagner du temps et optimiser vos chances d’obtention de financement, nous pouvons vous accompagner.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.